05 avril 2009

Les intermittences de la mort

Avec le  ton sentencieux d’un ironiste chevronné, José Saramago s’empoigne une fois de plus aux préjugés et aux rêves absurdes des hommes pour les battre en une retraite pitoyable. Dans ce dernier roman, c’est à la grande utopie tellement actuelle malgré les signes d’une destruction planétaire galopante soutenue par une politique de l’autruche, à ce grand rêve donc d’une vie prolongée jusqu’à son ultime qu’est l’éternité que s’en prend la verve critique de l’auteur. Ah vous souhaitez l’immortalité se gausse... [Lire la suite]
Posté par 6billine à 23:46 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

09 avril 2008

Tous les noms

Monsieur José travaille au Conservatoire général de l'état civil, là où sont consignées toutes les personnes de la région. Monsieur José , dont la maison contient une entrée sur les archives du Conservatoire, s’ y introduit de nuit afin de recopier, pour sa collection personnelle, les données des cent personnalités les plus célèbres de sa région. Un soir, par erreur, la fiche d'une inconnue de 36 ans s’est glissée parmi sa prise. Ce hasard va captiver M José qui n’aura de cesse de retrouver, au fil d'une enquête rocambolesque,... [Lire la suite]
Posté par 6billine à 14:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 avril 2008

José Saramago

Né à Azinhaga en 1922, José Saramago est un autodidacte qui a connu très tardivement une reconnaissance littéraire. Il publie un premier roman en 1947 puis « disparaît » pendant vingt ans, estimant qu’il n’avait rien à dire. Il revient alors avec « Le dieu manchot » (1982) Le Prix Nobel de Littérature qu’on lui attribue en 1998 vaut à l’Académie suédoise de nombreuses critiques des milieux conservateurs, en raison des engagements politiques de l’écrivain. Celui-ci, en effet, s’insurge contre le consumérisme effréné, l’hypocrisie... [Lire la suite]
Posté par 6billine à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]