garde_premier_roman_goncourt

Au XIXème siècle, un navire français accoste sur une côte inconnue en quête d’eau potable, mais surpris par des nuages  menaçants, l’équipage doit repartir précipitamment,  abandonnant  sur le rivage un matelot : Narcisse Pelletier.   Dans ce pays désertique, Narcisse ni trouve ni eau ni nourriture, il est bien prêt de mourir lorsqu’une tribu indigène le recueille , une tribu que tout sépare de sa civilisation d’origine…

17 ans plus tard, Narcisse est repris par un navire de passage . L’ancien marin est entièrement  tatoué, il parle une langue aux sons étranges et  semble comme amnésié de ses origines  françaises. Reconduit en France, il est confié à  Octave de Vallombrun , un savant épris de découvertes exotiques qui le prend en charge et  tente de l’étudier  tout en lui réenseignant le français.

D’un chapitre à l’autre, deux récits s’entremêlent :  Celui de Narcisse avant son intégration dans  cette tribu australienne,  un récit chargé donc de tous les préjugés et  jugements qu’un homme simple pouvait  se forger face à l’Autre ; et celui d’Octave de Vallombrun, savant mélange des préconcepts propres aux anthropologue de l’époque  et d’interprétations biaisées sur les mœurs  de ce « sauvage blanc » ; biaisées puisque jamais Narcisse ne racontera quoi que ce soit sur ces 17 années parmi les Autres….

Commentaire

Ce roman prodigieusement  construit, passionnant de bout en bout  et écrit par un écrivain qui se pose d’emblée parmi les grands,  est un bonheur d’intelligence et d’émotion et amène une réflexion profonde

Un peuple qui habiterait un pays sans comparaisons avec le nôtre, un peuple qui parlerait, penserait et vivrait radicalement de façon différente, peut-il être  compris sans une somme  de préconcepts, préjugés et déformations dus à notre mode de parler et de concevoir la vie ? La réponse que fournit ce roman est négative : la seule manière de comprendre l’Autre est de s’y fondre intégralement ou de faire silence.

L’Autre est inconnaissable, il ne peut être qu’accepté et accueilli, en silence…


François Garde

le-dijonnais-francois-garde-goncourt-du-premier-roman-photo-c-helie-gallimard


 Diplômé de l’ENA, François Garde a été administrateur supérieur des terres australes et antarctiques françaises et secrétaire général du gouvernement de Nouvelle Calédonie. Attaché à la singularité des territoires et à leurs histoires, il a notamment publié Institutions de la Nouvelle Calédonie (Harmattan, 2000).Diplômé de l’ENA, François Garde a été administrateur supérieur des terres australes et antarctiques françaises et secrétaire général du gouvernement de Nouvelle Calédonie. Attaché à la singularité des territoires et à leurs histoires, il a notamment publié Institutions de la Nouvelle Calédonie (Harmattan, 2000).  Ce qu'il advint du sauvage blanc a été couronné du Prix Goncourt 2012 du premier roman