326757_2780875Dans le Nebraska profond arrivent les premiers hommes, venus des quatre coins du monde afin de trouver qui un refuge, qui un moyen de vivre, qui une renaissance.

Antonia a 11 ans lorsqu'elle arrive de Bohême avec sa famille dont certains membres sont violents ou déséquilibrés.

Jim, quant à lui, est un jeune garçon récemment devenu orphelin, suite à l'accident qui lui enleva ses parents, il est envoyé d'Amérique afin d'aller vivre dans la ferme de ses grand-parents. Ces derniers, et particulièrement la grand mère de Jim, sont des gens admirables, généreux, ouverts et d'un grand courage.

La vie est bien rude dans ce pays où les hivers sont polaires et les étés torrides, où n'existe aucune commodités et où la vie est une dure lutte quotidienne pour tirer son pain de la terre.. Heureusement, il y a l'amour pour les paysages de ce pays admirable dont la terre rouge blondit sous le maïs d'été ou blanchit sous les neiges d'hiver, et puis, et surtout, il y a la grande amitié entre Jim et Antonia, amitié qui les accompagnera toute leur vie.

Plus tard, Antonia sera placée comme bonne dans une famille d’une petite ville voisine, puis elle s'enfuira avec un jeune homme riche qui lui promet le mariage, tandis que Jim aura la chance de pouvoir suivre des études...

..

Commentaire

..

Avec son écriture empreinte de poésie et d'un très beau classicisme, Cather évoque les grands espaces parsemés, çà et là, d'une ferme isolée que seules des pistes à peine ébauchées relient. Dans ces lieux d'une vie monotone et laborieuse, Antonia apparait comme une source d'inépuisable ardeur de vivre, elle que ni la pauvreté de sa famille, ni la ruine de sa vie amoureuse, ni les défaites, ni les déboires jamais n'abattront, elle qui, pour Jim comme pour tant d'autres, restera telle une lumière inoubliable et secourable.

Willa Cather, avec son très beau sens de l'humain, nous montre que dans ces terres nouvelles et cosmopolites qui auraient pu devenir des lieux de brigandage sans foi ni loi, c'est pourtant bien plus souvent la solidarité que les hommes ont emporté dans leurs bagages, elle et aussi ces valeurs humaines essentielles sans lesquelles ni la joie malgré tout, ni le partage, ni l'espoir n'auraient pu survivre