untitledResponsable d'une émission de radio chinoise, Xinran pense dédier cette émission au sort des femmes chinoises. En effet, elle-même a énormément souffert, comme petite fille et comme jeune femme, de cette Chine où règne un communiste dictatorial ne conférant aux femmes qu'un statut purement instrumental.

Très vite, Xinran reçoit un abondant courrier de ses auditrices, et leurs mots, leurs témoignages sont un tel choc pour la journaliste qu'elle décide de consacrer son émission, ses forces et son talent à la révélation de ces vies de femmes impunément violentées, bafouées ou exploitées.

C'est dire s'il fallut à Xinran, pour assumer un tel risque public, ruser avec la paranoïa communiste, censurer certains faits qui auraient ruiné la carrière et la vie de l' équipe où elle oeuvrait, parler un langage diplomatique et vrai, et cela sans compter le temps,la fatigue et le dévouement qu'il lui fallut pour parcourir l'immensité de ce vaste pays dans le but de recueillir d'autres témoignages, d'autres souffrances, d'autres silences...

Bouleversantes destinées saccagées, effroyables enfers quotidiens, terribles trajets de vie semés de pleurs, d'angoisse, d'indicibles douleurs : Comment ne pas être étreints, profondément émus par tant de violences physiques et psychologiques, comment ne pas souffrir avec ces femmes chinoises?

Et comment ne pas admirer, comment ne pas aimer la douce compassion de Xinran, sa délicatesse d'écoute, son courage et son intelligence à éviter les pièges de la censure, son engagement total auprès de ces confidentes auxquelles elle n'hésite pas à apporter aide, présence et générosité de coeur ?

« Chinoises » est une oeuvre que je ne peux assez conseiller. Elle nous grandit, nous rend plus humains et nous invite à devenir plus vigilants envers ceux, et celles, que l'on croise partout dans nos villes, nos villages, et dont le regard triste, l'air morne ou peu avenant recèle trop souvent une souffrance profonde, jamais dite parce que sans espoir d'être jamais entendue...

...

Xinran

....

xinran_62272t

Xinran est née en 1958 à Pékin. Elle a été journaliste et a animé une émission de radio qui l'a rendue célèbre en Chine, où elle recueillait sans tabou les confidences des femmes. Son premier livre, Chinoises, et le suivant, Funérailles célestes, sont issus de cette expérience et l'ont fait connaître dans le monde entier. Depuis 1997, Xinran vit à Londres. Elle publie une colonne bimensuelle dans The Guardian sur les questions relatives à la Chine et tient le rôle de conseiller aux relations avec la Chine pour de grandes corporations comme la BBC.