505930

Je laisse la parole à Philippe Claudel qui présente ici son livre bien mieux que je ne saurais le faire :

« les nouvelles - parfois ici teintées de fantastique - autorisent une variété de juxtaposition, de tons, d'époques, d'humeurs, de couleurs que ne permet pas vraiment le roman. Grâce à elles, on peut passer d'un univers à un autre, aller, comme c'est le cas ici, de l'ambiance d'une foire moyenâgeuse à celle d'un palais baroque italien dans lequel, enfermée, une comtesse tente de faire peindre un rêve qu'elle a fait, passer de la vie étriquée d'un gardien de musée indifférent aux œuvres qu'il surveille à celle d'une jeune femme que l'on séquestre afin qu'elle devienne la Reproductrice de toute l'espèce humaine. Suivre un boutiquier du Second Empire délaisser sa famille pour retrouver la trace d'un poète. Surveiller la rédemption d'un criminel, qui finira assassiné par celui qu'il avait été. »

Commentaire

Dans ces petites mécaniques que sont leurs vies réglée et bien souvent monotones, voici que soudain  un rouage  se dérègle, s’affole et c’est alors un monde merveilleux ou effrayant qui s’ouvre devant les personnages de ces nouvelles, engagés malgré eux dans une transformation radicale, pour le meilleur ou pour le pire, et subitement plongés dans une nouvelle vie ou une nouvelle façon de vivre inimaginable jusqu’alors.

Parmi ces perturbateurs essentiels se dénombrent tout d’abord la Mort; viennent ensuite la passion, l’éclat de la poésie, le rêve, la solitude absolue...

Superbement écrites, ces nouvelles étonnantes sont une incursion inédite de l’écrivain dans un univers où s’entremêlent la fantaisie et la folie. Philippe Claudel maîtrise ce genre nouveau avec un grand art, mais j’ai cependant regretté de ne pas retrouver cette particularité tellement émouvante de ses autres écrits où l’auteur fait résonner en nos âmes le  doux sanglot de l’homme qui souffre du mal en l’homme .

..

Merci Fantasio, pour cette lecture que ton beau blog m'a permis d'apprécier