09 avril 2008

Mathilde

Mathilde sort de prison. Elle a purgé trois mois pour détournement de mineur. Une folie, une bouffée d’air pour elle qui ne regrette rien, qui s’ en vante même. Tout ce qui compte , c’est de prendre son plaisir, sans tenir compte ni de la morale, ni des effets dont elle aura, dont les autres auront, à pâtir. Et elle se rit du scandale... Pierre, son mari l’attend depuis longtemps dans le désordre de l’appartement qui est aussi celui de son cœur.... Sa femme l’a trompé, sa conduite est incompréhensible pour l’homme simple et bon... [Lire la suite]
Posté par 6billine à 22:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 avril 2008

Véronique Olmi

Véronique Olmi a suivi en 1989 des études d'art dramatique chez Jean-Laurent Cochet. Elle a été assistante à la mise en scène pour Gabriel Garran et Jean-Louis Bourdon de 1990 à 1993. Elle est l'auteur de nombreuses pièces de théâtre Son théâtre clos est fait de situation limites : Frustration, promiscuité, brisures feutrées ou virulentes.Le cadre en est toujours la parentèle, et le personnage essentiel en est toujours une femme froissée dans son être, sa chair, son devenir, en qui cependant brûle la flamme d’une vie intense... [Lire la suite]
Posté par 6billine à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2008

Tous les noms

Monsieur José travaille au Conservatoire général de l'état civil, là où sont consignées toutes les personnes de la région. Monsieur José , dont la maison contient une entrée sur les archives du Conservatoire, s’ y introduit de nuit afin de recopier, pour sa collection personnelle, les données des cent personnalités les plus célèbres de sa région. Un soir, par erreur, la fiche d'une inconnue de 36 ans s’est glissée parmi sa prise. Ce hasard va captiver M José qui n’aura de cesse de retrouver, au fil d'une enquête rocambolesque,... [Lire la suite]
Posté par 6billine à 14:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 avril 2008

José Saramago

Né à Azinhaga en 1922, José Saramago est un autodidacte qui a connu très tardivement une reconnaissance littéraire. Il publie un premier roman en 1947 puis « disparaît » pendant vingt ans, estimant qu’il n’avait rien à dire. Il revient alors avec « Le dieu manchot » (1982) Le Prix Nobel de Littérature qu’on lui attribue en 1998 vaut à l’Académie suédoise de nombreuses critiques des milieux conservateurs, en raison des engagements politiques de l’écrivain. Celui-ci, en effet, s’insurge contre le consumérisme effréné, l’hypocrisie... [Lire la suite]
Posté par 6billine à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]